Far far lointain

Parce que nous sommes dans le sud-ouest et que ma recette me vient de notre belle Bretagne tout là-haut 😉

Le Far breton régale tout les gourmands. A l’origine, il s’agissait pourtant une simple bouillie de céréales (en latin, far signifie « froment, blé, gruau, épeautre ») que l’on mangeait essentiellement salée, seule ou en accompagnement de viandes. Mais c’est la version sucrée, composée de lait, d’œufs, de farine et de sucre en poudre, qui a conquis la France à partir du XIXe siècle.

Et le pruneau, présent dans la majorité des recettes ? Eh non, il n’est pas issu des cultures locales ! mais la Bretagne est une terre de marins. Mais aux XVIIe et XVIIIe siècles, le pruneau était un ingrédient phare des séjours en mer : facile à conserver, très énergétique et riche en vitamine C, une assurance contre le redoutable scorbut pendant les grandes expéditions. C’est sûrement pour cette raison que le pruneau fut si facilement adopté par les Bretons !

Mais assez de papotage, et à vos fourneaux ! 🥄

Far breton pour 5 personnes

  • 100 grammes de beurre SALÉ ( ma recette originale en demande 150 mais c’est vraiment trop, ça dégouline littéralement même une fois refroidi…) Sous peine de voir une bande de bretons déchaînés vous tomber dessus armés de rouleaux à pâtisserie
  • 1/2 Litre de lait ENTIER (ça marche avec du 1/2 écrémé aussi…)
  • 4 œufs
  • 250 grammes de farine
  • 200 grammes de sucre semoule.

On peut y ajouter un peu de vanille éventuellement.

Préparation :

Préchauffer le four à 160°.

Faire fondre le beurre noisette : à feu doux, le chauffer jusqu’à ce qu’il mousse et devienne bien doré. Il doit alors sentir la noisette grillée.

Le beurre noisette

Le verser dans le plat, qui doit être assez haut car le far gonfle beaucoup à la cuisson avant de retomber après. Mélanger les ingrédients secs, farine et sucre, dans le bol du batteur. Ajouter œufs 🥚 et fouetter jusqu’à obtenir une pâte bien lisse à laquelle on va ajouter le lait 🥛 Battre à nouveau.

L’étape suivante est cruciale pour réussir cette recette ( eh oui, là encore j’ai eu un raté la première fois… )

Verser la pâte sur le beurre SANS CHERCHER À MÉLANGER. la réussite de cette recette dépend de ça. Elle ne s’applique peut être pas à toutes les recettes du Far ( Et les bretons disent qu’il en existe autant que de bretons en Bretagne 😉 ) mais je n’ai essayé que celle ci, et il s’est avéré que ça ne marche vraiment pas si on mélange : je me suis retrouvée avec une couche pâteuse sur le dessus et tout le beurre dessous… direction la poubelle !

Direction le four… la cuisson varie entre 1h et 1h30, selon le four. A vous la méthode classique du couteau dans la pâte, quand elle ressort sèche le Far est cuit 😋

Kalon digor !

Le far est cuit !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *