Découverte made in US… Popeye’s

L’enseigne US vient de débarquer en France et c’est à Toulouse qu’elle s’est implantée…Enfin presque. Le restaurant – fast food avec pour spécialité le poulet recette Louisiane/ Cajun– est en réalité déjà très critiqué pour l’annonce quelque peu mensongère à ce sujet :  En réalité le restaurant est situé à Roques, c’est à dire à l’opposé de Toulouse, et beaucoup moins accessible :  pas de métro et en bordure d’autoroute, dans la zone commerciale, donc sans voiture impossible d’y aller… Première déception pour les Toulousains. 

Le restaurant est situé sur l’emplacement de l’ancien Quick de Roques, donc à part l’enseigne et la déco – flambant neuve mais très simpliste, tables en bois et chaises très basiques, affiches XXL vantant la qualité du poulet… – ceux qui fréquentaient le Quick de Roques avant sa fermeture  ne seront pas dépaysés.

Les premières impressions… 

On s’attendait à un parking bien rempli, because vacances nouveauté du resto etc…. que nenni! Parking quasiment vide. Tant mieux pour nous,  mais ça n’augure pas grand chose de bon… tant pis, on y est on a faim on y va!  On arrive devant les portes, fermées. Un panneau nous demande de faire le tour et d’entrer par la terrasse. Ont fait donc le tour… On arrive derrière et en passant on aperçoit toute une floppée de poubelles avec le drive en arrière plan.  Ce n’est qu’un détail, ça va sans doute s’améliorer, le resto a ouvert le 8 février… on ne s’attarde pas la dessus et d’ailleurs je pense être la seule à avoir fait attention à ça 🙂

On arrive aux caisses. Et les choses se corsent : 3 caisses et l’espace entre les salles (2, une à gauche et une à droite, et une à l’étage où nous ne sommes pas montés) est minuscule. Ceux qui ont commandé attendent leur commande derrière ceux qui viennent d’arriver, le long du mur. On est obligés de rester là, ils appelent les commandes qui arrivent par le prénom (comme chez Starbucks) et ne se déplacent pas si on est pas là… Les caissières n’entendent rien, la cuisine située derrière (comme chez Mac do) est noyée dans un boucan infernal auquel s’ajoute le bruit de ventilation des machines à boisson situées dans la salle de droite. Et tant pis si tu veux manger dans celle de gauche ou à l’étage, tu fais le tour ou bien tu descends, parce que tu te sers ta boisson tout seul… on en parle un peu plus bas.  Aucune sole pour garder les repas au chaud en attendant qu’ils soient servis! Tout passe directement de la cuisine au plateau et tant pis si 10 personnes s’entassent devant les caisses en attendant leur commande. Normal? Je ne sais pas, je n’ai jamais vu ça dans les autres fast food fréquentés jusqu’ici.

Et on mange quoi alors chez Popeye’s ? 

C’est la seconde déception. Le choix est vraiment limité :  4 recettes de burgers, 4 de wraps, menus « pièces de poulet », menu enfant. POINT. Entendu pour les personnes devant nous :  « on a plus pour l’instant les frites au cheddar ». J’étais un peu venue pour ça, dommage, je me rabattrai finalement sur un menu «  BBQ cheese chicken » et mon compagnon sur un menu « Wrap » . Ma fille aura son menu enfant à 4,50e , « ptit panier » .  Encore une déception : pour 50c de plus que chez Mac do ou KFC, elle n’a même pas eu droit à son jouet alors que sur l’affiche c’est précisé « avec une surprise ».  ZÉRO POINTÉ, déception pour ma pépette qui attend toujours l’ouverture de ses menus rien que pour ça.  Attention aux frites aussi, enfants ou pas elles sont aux épices CAJUN! Si vos marmots sont sensibles aux épices, n’essayez même pas de les leur faire manger, c’est quand même costaud et elle ne les a pas terminées. Les sticks de poulet qu’elle a pris à la place du burger étaient bons, croustillants, mais elle est habituée aux nuggets… elle n’a pas aimé, elle a trouvé ça trop sec même avec une sauce.  Mais le fin du fin c’était quand même LE DESSERT.  Ou plutôt le semblant de dessert! Un muffin plus petit qu’une madeleine, limite pas cuit.  Elle l’a fourré dans sa bouche et HOP adieu muffin! C’est clairement du foutage de gueule.  Au delà de l’aspect financier, la déconfiture sur son visage en regardant son plateau m’a mise en colère.

Puis est venu le moment d’aller chercher les boissons… et c’est là que ça part en cacahuète. Ce sont des machines pour lesquelles on nous donne un jeton aux caisses.

…Jusqu’ici tout va bien. Les machines en questions proposent un choix vraiment énorme de boissons, elles sont dernier cri… jusqu’à ce qu’on les utilise.  Premier hic :  une grande partie des boissons ne sont déjà plus disponibles alors qu’il n’est que midi et quart. On choisit d’abord ce que l’on veut, et ensuite on introduit le jeton… dans une borne qui a déjà fait du chemin et qui a probablement été ajoutée sur une machine qui à la base à été conçue pour se servir à volonté, ce qui est interdit en France depuis maintenant 2 ans.  Je met mon jeton, sous l’œil attentif de mon compagnon qui venait de se faire avoir et qui a du retourner en caisse avec son gobelet vide pour demander un nouveau jeton (rire… jaune) et là, j’ai la machine qui  déborde et m’arrose copieusement les pompes de glaçons, et qui ne s’arrête plus. J’ai droit à un «  mais arrête d’appuyer!!! » Sauf que je n’appuyais plus depuis longtemps… de la glace partout.  Seconde tentative concluante, 10 minutes pour remplir 3 gobelets, on va peut être finir par y arriver… mais ça ne s’arrête pas là. Une équipière qui débarque comme arrivée de la lune, mode d’emploi de la machine à la main (…) et boite de capsules de soda dans l’autre, complètement paumée, qui essaie de recharger avec 10 clients qui attendent derrière après leurs boissons… moyen en plein service.

Heureusement, dans l’ensemble, il faut quand même le dire, c’est pas extraordinaire mais c’est bon. Le burger ressemble à un burger – pas comme dans les boites du Mac do qu’il faut reconstituer façon Tetris par rapport à leurs pubs- les frites sont bien assaisonnées et épicées. Quand on est adulte… Les portions sont correctes. Correctes, parce qu’un gros mangeur se contenterait peut être du Wrap, qui est grand et assez bien garni, mais peut être pas du burger qui serait limite.

Et pour les prix? 

Et c’est encore une déception… Popeye’s est clairement hors de prix par rapport à ses concurrents, que ce soit KFC ou autre, avec une moyenne de 9,50 minimum par menu.  Plus de 10 euros pour 5 morceaux de poulet frits accompagnés d’une sauce (!!!) et le reste de la carte, desserts etc… même chose. Le choix est très limité, il faut espérer que l’ouverture toute récente de ce restaurant – le 8 février 2018– soit une bonne raison à cette catastrophe pourtant vantée à grand coups de pubs depuis quelques mois. Pour conclure, 26 euros pour 3 personnes, dont un menu enfant incomplet et qui est parti pour moitié à la poubelle, c’est la douche froide. Nous n’y retournerons pas…

Popeye’s Louisiana Kitchen 🍗  8 allée de fraixinet 31120 Roques sur Garonne 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *